Collections privées

Dernière mise à jour : 15/01/2019   


Collection Torlotin

La collection Torlotin provient d’un fonds qui a été mis a la disposition de Monsieur JC. Richard par les sœurs de Monsieur Charles Torlotin. Il s’agissait de photographies, couple stéréoscopique sur verre, procédé courant dans les années 20, prises par Charles Torlotin alors qu’il était employé comme mécanicien, puis comme «dessinateur» du bureau d’études aux Aéroplanes G. Voisin de 1911 à 1922.

Collection Torlotin - rubrique hydravions

Gabriel Voisin s’intéressa très tôt aux hydravions. Dès décembre 1910, il réalisa un hydravion « canard » (gouvernes à l’avant de l’appareil) qui, équipé de flotteurs mis au point par Henri Fabre, fit de nombreux essais sur la Seine avant d’être présenté à la Marine Nationale qui le testa à partir du bâtiment « Foudre ». Par la suite, les hydravions produits étaient des déclinaisons du Voisin Type LA

(pour voir le document hydravions, cliquer ici ou sur l'image.)

Collection Torlotin - rubrique écoles de pilotage

Très tôt, les constructeurs d’aéroplanes créèrent leurs propres écoles de pilotage. C’est le cas de l’école de pilotage de Mourmelon créée par les établissements Voisin. Les brevets de pilotes décernés dans ces écoles « constructeurs » étaient reconnus et assimilés à ceux obtenus dans les écoles de pilotage de l’armée de l’air. Assez vite, ces deux types d’écoles fusionneront et toutes les formations de pilote seront placées sous l’autorité de l’armée de l’air

(pour voir le écoles de pilotage, cliquer ici ou sur l'image.)

Collection Torlotin - rubrique ateliers

Avec son frère Charles, Gabriel Voisin créa en 1906 l'entreprise « Voisin Frères » dans un atelier situé rue de la Ferme à Billancourt. Il s’agira de la première entreprise de construction aéronautique au monde. Dès 1907, la petite entreprise des « Frères Voisin » s’installe un hangar à Issy en bordure du Champ de Manœuvre. Mais il faut attendre l’hiver 1909-1910 pour voir l’édification d’une première usine Voisin, boulevard Gambetta (actuel Boulevard des Frères-Voisin) à Issy-les-Moulineaux.

(pour voir les images des ateliers Voisin, cliquer ici ou sur l'image.)

Collection Torlotin - rubrique triplan

Le triplan Voisin, avion de bombardement lourd, fut produit par la Société Anonyme des Aéroplanes G. Voisin à l’automne 1915. La double fixation de l’empennage arrière, d’une par sur le fuselage et d’autre part par un longeron le reliant à l’aile supérieure lui donnait une configuration inhabituelle. Les 4 moteurs Salmson de 150 cv étaient installés en tandem dans deux nacelles liées au centre de l’aile médiane. Deux positions de canon de 37 mm étaient prévues l’une dans le nez de l’appareil, l’autre derrière les ailes. Envergure : 36 m – Poids à vide : 4990 kg – poids en charge : 6985 kg. Un deuxième appareil a été construit en 1916 et fut «équipé de quatre moteurs Hispano-Suiza de 200 cv chacun, la section du fuselage ayant été modifiée.

(pour voir les images du triplan, cliquer ici ou sur l'image.)

Collection Torlotin - rubrique canon

Le canon de 37 m/m à tir rapide est sans doute le plus petit canon moderne ayant été en service dans l’armée française. Avantagés par leur hélice propulsive, les avions Voisin pouvaient sans danger embarquer mitrailleuse et canon à l’avant de l’appareil sans risque d’endommager l’hélice. Dès la fin 1914, Gabriel Voisin fit équiper des Voisin type III de canon de 37 mm (108 kg, portée 1500m, 15 coups/minute). En mai 1915, Le capitaine Faure définissait les missions de l’avion canon comme suit : - attaquer et poursuivre les Zeppelins et les avions ennemis, - croiser dans une zone à interdire aux avions ennemis, - attaquer et neutraliser les Drachens (ballons captifs d’observation surnommés « saucisses »), - gêner momentanément le tir d'une batterie particulièrement dangereuse et que l’artillerie n'a pas encore découverte.

(pour voir les images du canon de 37 mm, cliquer ici ou sur l'image.)

Collection Torlotin - rubrique avions en vol

Les photos des premiers avions en vol sont rares ; les ingénieurs et ouvriers étaient trop occupés pour prendre des photographies. Heureusement, Charles Torlotin a trouvé le temps de prendre quelques clichés des avions en vol au dessus du champ de manœuvre d’Issy les Moulineaux.

(pour voir les images d'avions en vol, cliquer ici ou sur l'image.)

Collection Torlotin - rubrique Essais

Lorsqu’on parle des avions Voisin produits entre 1913 et 1918, on pense surtout aux Voisin type III, type V et types VIII qui sont les plus connus. Pourtant, dans cette même période, d’autres modèles moins connus et souvent restés à l’état expérimental ont été produits aux usines d’Issy-les-Moulineaux et cette rubrique nous présente des documents rares dans ce domaine.

(pour voir les images sur les essais, cliquer ici ou sur l'image.)

Collection Torlotin - rubrique Chutes

Dans les années 1910, être pilote chez un constructeur était un métier à risque. En effet, la recherche d’améliorations sur les appareils existants ou les essais d’appareils nouveaux réservaient souvent au pilote des surprises dans le comportement de l’avion, surprises qui conduisaient parfois à la chute de l’appareil.

(pour voir les images sur les chutes, cliquer ici ou sur l'image.)

Collection Torlotin - rubrique Dirigeables

Le terrain d’aviation d’Issy-les-Moulineaux est connu mondialement pour son rôle dans les débuts de l’aviation et comme ville d’accueil de grands constructeurs. En revanche, il est moins connu comme base de dirigeables où vont se dérouler les essais de nombreux appareils, dont les « grands croiseurs ». Les "grands croiseurs", dirigeables de reconnaissance et de bombardement de 20000 mètre cubes sont commandés en 1912 aux constructeurs Astra, Clément Bayard, Lebaudy et Zodiac et un grand bombre d'entre eux feront leurs essais sur le champ de manoeuvre d'Issy les Moulineaux.

(pour voir les images des dirigeables, cliquer ici ou sur l'image)

Collection Torlotin - rubrique Cinéma

En 1915, l’armée française se dote d’un outil spécifique pour produire des images, photographies et films, qui serviront à l’information mais aussi à l’histoire de la guerre. La section cinématographique de l’armée (SCA)est créée en février 1915. Le ministère de la Guerre entend d’une part rattraper le retard pris sur l’armée allemande, qui s’est organisée dans ce domaine dès septembre 1914, et d’autre part répondre au souhait des sociétés de cinéma Gaumont, Pathé, Éclair et Éclipse de pouvoir filmer les combats

(pour voir les images cinéma, cliquer ici ou sur l'image.)

Collection Torlotin - rubrique vues aériennes

La photo aérienne est apparut très vite dès que les avions purent voler avec une certaine fiabilité. Le matériel de prise de vue était encore encombrant et difficile à mettre en œuvre et les vues prises par Charles Torlotin à partir d’un avion Voisin représentent pour l’époque un exploit. Ce même exploit sera de nombreuses fois renouvelé par les navigateurs qui prendront des photos des lignes ennemies et des objectifs à bombarder lors des combats.

(pour voir les images "vues aériennes", cliquer ici ou sur l'image.)

Collection Torlotin - rubrique acteurs

Au début du XXème siècle, la construction aéronautique naissante a réveillé l’enthousiasme de nombreux jeunes et moins jeunes, qu’il ‘agisse des futurs pilotes et navigateurs qu’on verra s’illustrer pendant la grande guerre ou des personnalités du monde de la presse, des arts, ou de l’industrie. La « galerie de portraits » photographiées par Charles Torlotin est passionnante à ce sujet.

(pour voir les images des acteurs, cliquer ici ou sur l'image.)

Collection Peter Mullin

Au début des années 2000, notre ami Peter Mullin, membre d’honneur de l’association « les amis de Gabriel Voisin » et fondateur du remarquable Mullin Automobile Museum en Californie, a fait l’acquisition aux enchères de plusieurs albums photographiques ayant appartenu à la famille de Gabriel VOISIN. Il a bien voulu en céder une copie à notre association afin que les plus significatifs des documents contenus dans ces albums puissent être diffusés par le biais de nos média de communication. Ces documents montrent, s’il en était besoin, l’extraordinaire fécondité technique des frères Voisin, fécondité qui les a conduit, dès leur plus jeune âge, à imaginer et réaliser toutes sortes de mécaniques et de véhicules (y compris nautiques) dont la qualité, vu les faibles moyens dont ils disposaient, laisse sans voix. Gabriel Voisin dans les trois tomes de ses mémoires, évoque souvent avec humour mais non sans beaucoup de fierté, cette période héroïque mais passionnante.

Collection Mullin - rubrique "Pourquoi Pas"

« Le pourquoi pas » n’est ni le premier ni le seul bateau construit par les frères Voisin. On se souvient du « Pyroscaphe », canot à vapeur fonctionnant avec le charbon précieusement réservé par leur mère pour la chaudière de la maison, et que Gabriel et Charles considéreront comme leur premier chef d’œuvre. Leur grand père maternel Charles Forestier leur donnera alors un espace dans la fonderie familiale qui deviendra leur premier atelier. A l’époque, les bateaux de plaisance étaient pour la plupart à coque ronde ou à bouchin vif. L’originalité de la coque plate du « Pourquoi pas » s’explique d’une part par une facilité de construction mais aussi pour garder un faible tirant d’eau, ce qui fera merveille au cours des régates autour des bancs de sable de la Saône.

(pour voir le document "Pourquoi Pas", cliquer ici ou sur l'image.)

Collection Mullin - rubrique "records en 1930"

En 1925, Gabriel Voisin s’attaque aux records de vitesse, de distance et de consommation. En effet, le moteur sans soupape qui équipait les « Voisin » avait, suivant xses détracteurs et concurrents, un mauvais rendement. Pourtant, dans les 1920, la 18 CV de 4 litres de cylindrée développait 102 chevaux à 2200 t/mn. C’est à cette époque que Lamberjack, un des collaborateur de Voisin, accomplira le trajet Paris-Nice en 11h30, officiellement. A la fin de l’année 1930, les « Avions Voisin » détiendront pas moins de 37 (trente sept) records du monde dont les 24 heures à 182.600 km/h. Quand aux épreuves de consommation, l’usine Voisin les a très régulièrement emportées et ses voitures se sont classées 1ère, 2ème, et 3ème dans le grand prix de l’Automobile club en 1922, en consommant 172 grammes d’essence par cheval/heure.

(pour voir les records de 1930, cliquer ici ou sur l'image.)

Collection Mullin - rubrique "chars"

Dès 1899, les frères Voisin s’attelèrent à la construction de voitures réalisées avec les moyens du bord et qui toutes fonctionnèrent. Dans les années 1960, Gabriel échangeât un courrier abondant avec Monsieur Kousbroek qui était impliqué dans l’édition de ses mémoires. A cette occasion et à la demande de Monsieur Kousbroek, Gabriel Voisin donne quelques explications sur les voitures qu’il construisit avec son frère Charles.

(pour voir les chars, cliquer ici ou sur l'image.)

Collection Mullin - rubrique "portraits de famille"

Pour mieux connaitre Gabriel Voisin et le situer dans son temps, quelques photos de famille qui donnent figures aux personnages évoqués par Gabriel Voisin lui-même dans ses mémoires.

(pour voir les portraits de famille, cliquer ici ou sur l'image.)